Le Gulf Stream ! C’est quoi ?

LE GULF STREAM

dez

Le Gulf Stream est un courant océanique transportant de l’eau chaude depuis une zone comprise entre la Floride et les Bahamas (température comprise entre 24 et 28 °C) et en direction des plus hautes latitudes. De nombreux tourbillons océaniques s’en détachent en cours de route.

Le parcours du Gulf Stream

Le Gulf Stream résulte de la fusion des courants océaniques de Cuba et équatorial nord. Il prend donc naissance au niveau de la Floride et du golfe du Mexique. À partir de là, il longe les côtes américaines en direction du nord, avant de traverser l’Atlantique et de remonter le long du littoral européen, pour finalement se diluer au large des côtes groenlandaises. Il serait apparu voilà 4,1 millions d’années à la suite de la fermeture de l’isthme de Panama. Il s’agit d’un important régulateur du climat nord-américain et européen.

Le Gulf Stream a déjà connu de sérieuses perturbations dans son “écoulement”

Des chercheurs canadiens, américains et britanniques, dont les travaux ont en partie été soutenus par le 5e programme-cadre de recherche de l’Union européenne, estiment que le réchauffement global de notre planète entraîne depuis 10 ans une modification de la salinité des océans, ce qui pourrait perturber la circulation des courants marins (circulation thermohaline).

sssz.jpg

Une question de salinité

C’est l’évaporation plus importante des eaux de surface dans la région intertropicale, générant un surplus important de vapeur d’eau dans l’atmosphère et des précipitations d’eau douce plus intenses aux plus hautes latitudes, qui serait responsable de cette modification de la salinité dans l’Atlantique nord.

Des eaux moins chargées en sel s’enfoncent plus difficilement vers les profondeurs marines. Or c’est précisément ce qui se produit avec le Gulf Stream au nord de l’Islande. C’est là que le fameux courant plonge vers les fonds océaniques pour retourner vers les Tropiques puis, plus loin encore, vers l’océan Antarctique. Ce courant océanique profond est en quelque sorte le courant « retour » du Gulf Stream de surface.

L’apport d’eau douce supplémentaire, suite à des précipitations plus intenses, empêcherait le Gulf Stream de plonger en Arctique vers les fonds océaniques et donc enrayerait la vaste machine climatique mondiale. Ce qui à terme interfère, voire bloque en surface le Gulf Stream.

Conséquences :  avec un Gulf Stream connaissant des ratés, l’Europe, privée de ses effets, plonge à son tour dans une nouvelle période froide.

En clair, les hivers à Lisbonne risquent ainsi de devenir aussi rigoureux que ceux de New York. Utopie ? L’histoire climatique de notre planète montre que de tels phénomènes dus à un apport considérable d’eau douce dans les eaux de l’Atlantique nord (suite au déchargement massif des glaces de l’inlandsis=glacier de très grande étendue, américain) ont déjà enrayé la mécanique du Gulf Stream.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s